Pédagogie

Un autre regard sur l’enfant

L’objectif de la pédagogie Montessori est de faire émerger le savoir par les enfants eux-mêmes, quand ils sont prêts. Si la culture est à leur portée au bon moment, les enfants en acquièrent les caractères de façon spontanée.

Au travers de ses recherches et expérimentations, Maria Montessori a mis en lumière que les enfants ont des aptitudes et des besoins spécifiques en fonction de leur âge.

Ainsi, elle développe un matériel approprié répondant à leurs besoins et sensibilités, qui leur permet de travailler par eux-mêmes et d’accéder à l’autonomie et la concentration.

La concentration mène à :

– l’estime de soi ;

– la volonté ;

– la construction de l’intelligence ;

– la paix intérieure ;

– l’éveil social.

La pédagogie est basée sur la confiance en l’enfant. A nous de donner les bons outils au bon moment.

 

De 3 à 6 ans

L’enfant est un nouveau-né psychique, il sait qui il est et a acquis son premier niveau d’autonomie. L’enfant commence à travailler avec d’autres, c’est un embryon social, mais il est encore beaucoup centré sur lui-même. C’est à cet âge que s’établit la construction du respect des règles de la communauté avec des individus différents.

Entre 3 et 6 ans, l’enfant va consolider l’ensemble des acquis mis en place avant 3 ans. C’est un temps de maturation, d’assise du développement.

 

Les périodes sensibles

Maria Montessori fonde son œuvre et la pédagogie des 3-6 ans sur ce qu’elle définit comme des périodes sensibles : « une fenêtre d’opportunité pendant laquelle l’enfant va pouvoir se construire d’une façon toute particulière pour un caractère déterminé » (L’Enfant, page 32) En d’autres termes, ce sont des sensibilités prédominantes à un moment de la vie de l’enfant lui permettant de découvrir son environnement, s’y adapter et construire son intelligence. Ces temps de périodes sensibles sont des temps de construction neurologique. Ce concept est hérité de la biologie et Maria Montessori en fait un concept psychologique. Présentes entre 0 et 6 ans, les périodes sensibles sont les suivantes :

–      période sensible à l’ordre ;

–      période sensible au langage ;

–      période sensible au mouvement ;

–      période sensible au développement sensoriel ;

–      période sensible au développement du sens social ;

–      période sensible aux petits objets.

 

Le phénomène d’attention

Le phénomène d’attention est en lien étroit avec le matériel qui polarise cette attention notamment grâce à la répétition et la manipulation pour aboutir à la concentration. L’enfant, par la concentration est dans l’instant et est gratifié, il est nourri par l’activité qu’il vient de faire. Il se dirige alors vers les autres l’esprit serein, pacifiste. Le travail individuel de concentration conduit à l’éveil social et la paix.

 

L’esprit absorbant

Maria Montessori a mis en évidence l’esprit absorbant des enfants âgés de 0 à 6 ans. Ses fonctions pour l’enfant sont l’adaptation à la famille et l’adaptation sociale. L’esprit absorbant constitue l’individu dans son identité, sa culture, son environnement. Il fonde ainsi l’identité dans la famille puis l’identité sociale.

 

De 6 à 12 ans

L’enfant est un nouveau-né social, il rentre donc dans une période de construction sociale. Son sens du groupe est très important et de grandes amitiés naissent. La classe devient une micro-société où il peut y avoir des lois propres.

 

L’enfant devient un chercheur

A cet âge-là, il faut leur offrir l’univers, leur donner la clé pour aller au-delà de la classe et explorer l’univers tout entier. Il est primordial de développer l’enthousiasme de la recherche, de savoir qui ils sont, les laisser se donner au travail, d’écrire des textes. Leur faculté créatrice leur permet de s’élever, le rôle de l’éducateur est de les canaliser, car leurs pensées jaillissantes peuvent les submerger.

Les tendances humaines

Un concept fort de Maria Montessori est le concept des tendances humaines. Si elles sont comme des forces actives présentes tout le long de la vie d’un individu, les tendances humaines assoient l’ensemble de la pédagogie des 6-12 ans. Maria Montessori en a déterminé 5 groupes :

–      la tendance à l’orientation : l’orientation ancre la sécurité intérieure menant à l’exploration. Cette exploration, dans laquelle l’enfant va de plus en plus loin, conduit à la connaissance de l’environnement, guidant l’enfant vers l’organisation et la communication. Cette tendance crée ainsi une dynamique de l’orientation vers l’exploration puis la communication ;

–      la tendance au travail : elle procure une volonté de faire de mieux en mieux pour soi-même ;

–      la tendance à l’abstraction et à l’imagination : c’est la capacité à se détacher du concret pour passer à l’abstraction et créer des concepts ;

–      la tendance à l’orientation dans un groupe : conscience d’appartenance à un groupe, de pouvoir le défendre à tout moment, ça fonde la vie sociale, la culture et les rites qui instaurent la conscience du groupe ;

–      la tendance à la spiritualité : à travers la religion, l’art, c’est tout ce qui  transcende et relie, au-delà de la vie quotidienne.

En définitive, prendre sa place dans le collectif et explorer ensemble le monde est un défi de cette phase de vie. Le rôle de l’adulte consiste à réussir une alternance entre présence et absence dans l’espace personnel de chaque enfant pour lui laisser l’opportunité de faire ses propres découvertes et lui assurer un support ou une médiation. Un support, tout d’abord, pour l’accompagner vers les inconnues de son univers, l’aider dans la découverte de sa propre identité et de ses valeurs. Une médiation parfois dans le rapport aux autres car pour l’enfant, s’intégrer dans un collectif nécessite le respect de règles et limites, et la participation de l’adulte va notamment permettre à l’enfant de découvrir la résolution non-violente de divergences.